Accueil > FSU 58 > Actions > Communiqués > Audience de rentrée à l’IA

Audience de rentrée à l’IA

paru le jeudi 9 septembre 2010 , par Webmestre FSU58

La FSU 58 a demandé à être reçue en audience. Celle-ci a eu lieu le jeudi 8 septembre.

La résolution des conflits dans les établissements scolaires
La fin de l’année s’est ponctuée par des conflits entre parents et enseignants dus à des problèmes de comportement d’élèves.
Nous avons demandé si la protection due au fonctionnaire est accordée systématiquement en cas de plaintes des parents. Selon Mme la secrétaire générale, celle-ci est « quasi systématiquement » accordée. Mais elle doit être demandée par les collègues. Cette information a été donnée aux 8 fonctionnaires stagiaires. Nous sommes intervenus pour dire que le rectorat pouvait se substituer au collègue et porter plainte à sa place. En effet le collègue poursuivi juridiquement par un parent d’élève ou victime « de menaces, violences, voies de fait, injures, diffamations ou outrages », l’est en tant que fonctionnaire.
Nous avons demandé aussi que la voix de l’enseignant soit mieux entendue ; en tout cas avant toute confrontation avec les parents ou l’élève.
En CHSD, nous avions demandé que les chefs d’établissement soient formés entre autres à la gestion des conflits. La conférence prévue en mai dans le cadre de la convention PAS en partenariat avec la MGEN a du être annulée faute d’un nombre suffisants d’inscrits. L’Inspecteur d’Académie s’engage à réorganiser un tel stage en promouvant l’initiative.
Nous avons remarqué que l’indiscipline augmente, cela est sans doute lié au sous-encadrement.

La répartition des moyens
Pas de nouvelles ouvertures de classe dans les écoles malgré des situations délicates (Marzy maternelle, Saint-Parize le Châtel, Saint Benin d’Azy, Chantenay, la Celle sur Loire, Saint Martin sur Nohain etc.) ! L’IA nous a bien précisé qu’il n’y avait pas de fermetures supplémentaires en cette rentrée. Nous avons demandé des précisions sur les fonctions des enseignants nommés TRS en août. M. Gien a répondu qu’ils pouvait y avoir plusieurs rôles : en appui sur une école (sur un projet particulier, dans les écoles accueillant un stagiaire) mais gardant toujours des fonctions de remplaçants. L’Indemnité de Sujétion Spéciale de remplacement (ISSR) devrait leur être versée sans problème toute l’année. Il y aurait 13 enseignants en surnombre après le départ de 2 exeat qui devraient être les derniers selon l’IA.

Dans les collèges il y aurait 7824 élèves en cette rentrée (pour 7790 prévus). Il y a peu de changement dans la répartition des postes. Quelques aménagement sont encore en cours en utilisant la réserve de juin mais ceci reste très marginal.

Pour les lycées l’IA nous a confirmé que, dès cette année, le département allait gérer les dotations horaires des lycées mais que la gestion des personnels restait académique. Le mode de calcul de ces dotations ne semble pas être actuellement fixé. Nous avons demandé les dotations tiennent compte de l’échelle des établissements : il faudra donner à chaque lycée (y compris pour les plus petits) les moyens de fonctionner.

Les stagiaires
Nous sommes intervenus pour connaître les obligations de service des 8 stagiaires PE du département. Nous avons souligné le nombre important de mercredis travaillés. M. Gien a indiqué qu’ils n’étaient pas tenus d’effectuer les 108 heures sauf la participation souhaitée aux conseils de maîtres de cycle. Dans la mesure où ils ont travaillé deux journées « bénévolement » avant la rentrée, nous avons demandé à ce ces stagiaires n’aient pas à exécuter la journée de solidarité. L’IA ne s’est pas montré hostile mais souhaite une harmonisation académique.
Pour le second degré nous avons déploré que 25% des PLC stagiaires n’aient pas de tuteur et que 25% d’entre eux soient nommés dans un autre établissement.

Les Emplois de Vie Scolaire
Un des plus graves dysfonctionnements de cette rentrée est le fait que des contrats d’EVS signés en juillet ne sont pas honorées en septembre. Mme la secrétaire Générale a mis cet état de fait sur le compte de l’employeur (Lycée J. Rostand) qui prend plus de précautions (et donc de temps) qu’auparavant (avant la procédure aux prudhommes engagés par 5 EVS et soutenus par le SNUipp). Elle a aussi reconnu que sur une décision ministérielle le nombre de postes doit baisser : moins 399 pour l’Académie, moins 31 pour la Nièvre. La priorité est donnée à la scolarisation des élèves en situation de handicap sans assurer que toutes les notifications MDPH soient couvertes. Il y a de fortes chances pour que les contrats d’EVS arrivant à terme en cours d’année ne soient pas renouvelés. Nous nous battons depuis des années pour avoir des personnels statutaires et formés. Là nous allons être obligés de nous battre pour avoir seulement des personnels.

Information sur Ariane 58
Nous avons signalé que le récapitulatif des notes de service n’avait pas été mis à jour depuis janvier. Nous avons demandé la création d’une rubrique Emploi de Vie Scolaire. Et nous sommes une nouvelle fois intervenus pour réclamer que la loi instituant le service minimum d’accueil soit respectée et que les enseignants en charge d’une classe puissent se déclarer gréviste dans les délais autorisés (la circulaire prévoit un délai de 48 h qui doit nécessairement comprendre un jour ouvré (soit pour une grève prévue un mardi, un envoi devant arriver avant le samedi minuit).

Nous avons fait remarquer que l’impression des nouveaux livrets de compétences serait encore une charge pour les communes (sachant que l’année prochaine il sera électronique).

Nous avons interrogé l’IA sur ses intentions concernant le Pont de l’Ascension. Il nous renvoie au CDEN de fin octobre. Nous avons partagé son avis sur le fait qu’il ne peut pas y avoir de solution unique entre premier et second degré. Selon l’IA il y aurait eu un important absentéisme (pour notre part cela reste à vérifier ! ) le mercredi 12 mai (jour de rattrapage) qui le fait s’interroger sur la pertinence de renouveler l’opération. Nous nous sommes étonnés que certains établissements privés sous contrat aient pu le rattraper le jour de la pré-rentrée.

Répondre à cet article