CDEN du 9 mars

paru le lundi 13 mars 2006 , par Jimmy Derouault

Nouveauté pour ce CDEN, les déclarations préalables des représentants du personnel (FSU et UNSA) ont été suivis de celles d’élus (M. Graillot pour le Conseil Général et Mme Boisorieux pour le Conseil Régional). Ces déclarations ont fait l’objet de débats où ont aussi pris part le Préfet, l’Inspecteur d’Académie et Mme Mongiat (Conseil Général). La discussion a porté sur le sort fait à l’Education Nationale dans la Nièvre cette année, le nombre élevé de postes supprimés (Jules Renard a été cité), les filières professionnelles touchées et les débouchés de la formation dans un contexte géographique à prendre en compte, la pérennité des petits collèges, la promotion de l’internat, la concertation à mettre en place entre Conseil Général et rectorat...

L’ordre du jour a ensuite débuté par l’Indemnité Représentative de Logement des instituteurs :
Instituteur célibataire, veuf, divorcé, séparé, sans enfant à charge : 2074 euros par an, soit 172,83 euros par mois.
Instituteur marié, concubin, avec ou sans enfant(s) à charge, célibataire, veuf, divorcé ou séparé avec enfant(s) : 2592,50 euros par an, soit 216,04 euros par mois.
Une nouveauté cette année : deux instituteurs divorcés ou séparés qui ont au moins un enfant en alternance se voient attribuer tous les deux l’IRL majorée (2592,50 €/an). Précédemment, un seul en bénéficiait.

Préparation de la Rentrée 2006 :
Toutes les situations de fermetures et ouvertures ont été revues une par une. Par rapport au CTPD, l’IA a affirmé que les situations de Chaulgnes et de du Centre ville de Cosne (demandes d’ouvertures) seront regardées avec une attention particulière à la rentrée. Sur les fermetures il sursoit à celle de Varzy maternelle mais en fermant le poste E et laisse le poste de Saint Léger des Vignes pour qu’il soit utilisé en surnuméraire comme les collègues de l’école l’avait demandé.
Il n’est pas surprenant de noter mais faisons-le quand même que les deux retournements de situation sont à placer en parallèle avec les lieux où la mobilisation s’est faite rapidement. Nous continuons donc de soutenir les mobilisations qui se mettent en place comme à Varennes-Vauzelles mais nous n’oublions pas non plus le nombre important de postes hors-classe supprimés. La réussite des élèves ne dépend pas du seul maître dans sa classe.
Au final l’IA propose de garder 4,5 postes en réserve pour la rentrée ; postes qu’il utilisera pour des ouvertures éventuels et qu’il consacrera sinon au remplacement dont il juge « le dispositif relativement faible ».

Sur les collèges pas de différence avec le CTPD. Le Conseil Général rappelle leur proposition de mise en place de visioconférence.

Mme Mongiat demande qu’un effort de communication soit fait envers les parents sur le dossier des langues vivantes.

Semaine à 4 jours : nous avons redonné notre projet de calendrier, l’UNSA évoque la première proposition de l’IA en avançant les vacances d’Hiver. Le préfet demande à l’IA de continuer la concertation.

Michel Daguin, chef du service enseignement du Conseil Général a présenté la politique éducatif du département.
L’IA a confirmé l’existence cette d’un mouvement des personnels TOS géré par le ministère de l’Education Nationale et d’un recrutement possible à la rentrée par le Conseil Général sur les postes vacants.
Concernant la maintenance informatique, une personne ressource a été recrutée au niveau départemental et l’externalisation est en marche puisque le CG est à la recherche d’une entreprise qui sera chargée de cette mission. Par ailleurs un ordinateur dédié aux TOS est ou sera dans chaque collège.

Question diverse de la FSU : « Le dispositif de réussite éducative mis en place sur le quartier de la Grande-Pâture nous semble en panne. L’individualisation des réponses aux problèmes des jeunes des milieux défavorisés, la non-prise en compte des actions des personnels de terrain déjà en place -et notamment des enseignants - nous semblent être les principales raisons de cet échec. Pouvez-vous nous dire ce qui va être fait pour corriger le tir ? »
Le préfet a répondu qu’il avait demandé au secrétaire général de la préfecture (sous-préfet de l’arrondissement de nevers) un rapport complet sur la situation, un diagnostic et promis donc un nouvel élan pour dans un mois.