Accueil > Instances de concertation > CHSD du 25 novembre

CHSD du 25 novembre

paru le mercredi 8 décembre 2010 , par Webmestre FSU58

Un Comité d’Hygiène et de Sécurité s’est réuni le 25 novembre. Le principal point à l’ordre du jour a été la réalisation et
la mise en œuvre du « document unique d’évaluation au risque ».
Ce document est devenu obligatoire pour tous les établissements scolaires (lycées, collèges et écoles) et il devra être
mis à jour chaque année . Il retranscrit l’évaluation des risques auxquels sont soumis les personnels. Dans le second
degré, la responsabilité de son écriture relève du chef d’établissement avec la collaboration des chefs de travaux, des
Agents Chargés de la Mise en Œuvre des règles d’hygiène et
de sécurité et de la Commission hygiène et sécurité de l’établissement. Dans le premier degré, la secrétaire Générale de
l’IA de la Nièvre, suite à notre interrogation, a précisé que
c’est l’Inspecteur d’Académie qui est responsable de cette
écriture et la délègue aux conseillers pédagogiques d’EPS et
bien sûr aux directeurs d’école qui retrouvent là (après les
PPMS) une tâche supplémentaire à effectuer.
Ce document doit intégrer également les actions de prévention à mettre en œuvre dans différents domaines :
risques psycho-sociaux, troubles musculo-squelettiques,
risques toxiques...
Mais ce document est critiquable, notamment sur les questions de matières dangereuses, de matériel, de méthode de
travail... Alors n’hésitez pas !
Pour l’instant 69% des collèges, 72% des lycées et 0% des écoles ont un DUER. Pour le premier degré, nous avons réclamé
que la formation nécessaire soit fournie. Nous avons proposé
qu’elle le soit dans le cadre des 48 heures de service hors-
élèves et il nous a été répondu que ce point serait étudié
pour l’année scolaire 2011-2012.
Médecine du travail !

Un bilan de santé devrait être proposé aux personnels dès
l’année prochaine (l’année de leur 50 ans). Après le
deuxième médecin de prévention pour l’académie recruté en
janvier, c’est un 3
ème
qui est recherché mais on manque de
candidat. Nous avons fait remarquer que si les candidats ne
se bousculent pas c’est par manque d’attractivité du métier
(pas seulement financière).
Ce 2
ème
médecin travaille sans table d’examen médical, partageant l’infirmerie d’un établissement de Côte d’Or. Elle a
en charge la moitié des 30 000 personnels de l’académie
(tous les enseignants du 1
er
degré et tous les nonenseignants)....Elle projette de faire les visites urgentes ;
celle des agents des laboratoire des lycées (métier à risque).
Bon courage !

Nous savons, suite à notre intervention qu’il y a dans le dé-
partement 2 postes adaptés longues durée et deux postes
adaptés courte durée. L’administration peut opposer un refus
s’il n’ y pas de projet professionnel et/ou si l’intéressé ne
rencontre pas les équipes chargés de son dossier. Nous avons
fait remarquer que dans certains cas, la personne est dans
une situation qui rend difficile toute démarche.
E.Loctin, N.Zakari, A.Atmani et M.Choquel, délégués du personnel

Répondre à cet article