Accueil > Instances de concertation > CTSD > Compte rendu du CTPD du 17 octobre 2008

Compte rendu du CTPD du 17 octobre 2008

paru le mercredi 22 octobre 2008

Ce ctpd a vu l’arrivée de notre nouvel Inspecteur d’Académie, M. Bouvard, qui avait cette même fonction dans l’Aisne auparavant. Une déclaration liminaire unitaire (cf. ci-dessous) a ouvert cette réunion. Les représentants du personnel ont exprimé le ras-le-bol des collègues du premier degré face à la multiplication et à la précipitation des mesures pour cette rentrée, d’autant qu’elles n’ont pas fait l’objet de négociations ou de construction avec la profession. Nous avons averti l’administration des difficultés professionnelles et personnelles qu’elles engendraient.

Plusieurs organisation ont ensuite présenté leur propre déclaration (dont la FSU pour le second degré).

L’I.A a reconnu le nombre de mesures, mais il a parlé de « célérité » plutôt que de précipitation. Il nous a même dit que, malgré tout, ces mesures se mettaient en place dans les écoles.

Un long débat a eu lieu ensuite sur l’aide personnalisée (et non « directe », notre I.A y tient pour que les termes de l’Education nationale soient les mêmes partout sur le territoire). Il a défendu cette mesure en disant qu’elle apportait un plus pour les élèves. D’après lui, elle permet à l’école d’offrir une palette de services qui jusque là étaient proposée par des officines privées à titre payant. Il estime que les élèves y ont droit et qu’en conséquence, l’Education Nationale doit les proposer gratuitement. Dont acte !

Après les « droits des élèves », les délégués du personnel FSU sont revenus sur la difficulté des collègues à assurer une journée d’enseignement qui ressemble plus à de la gestion du temps qu’à la mise en place d’une pédagogie adaptée à la réussite de tous. Nous avons à nouveau pointé du doigt les difficultés de mise en place, notamment en cas d’absence d’un collègue. Nous avons surtout prévenu de l’état de stress, d’anxiété, de souffrance d’un bon nombre de collègues qui ne sera pas sans conséquences concernant leur santé.

Le bilan des postes à la rentrée a été fait : une ouverture à Challuy et à Marzy en élémentaire. Le reliquat des postes ainsi que les postes Rased non pourvus, ont été affectés au remplacement. Devant l’insuffisance de moyens en postes pour le département, nous avons voté contre ce bilan.
Dans les collèges du département, l’administration annonce un ralentissement de la baisse des effectifs.

Nous avons aussi évoqué la mise en place du service minimum. Les mairies ont dorénavant l’obligation d’accueillir les élèves si au moins 25% des enseignants (d’une école et nous avons fait précisé ce point) sont en grève. Les maires pourront embaucher du personnel pour cet accueil. Les retenues sur salaire des enseignants en grève couvriront les frais occasionnés. C’est bien entendu un dispositif que nous avons dénoncé puisqu’il est avant tout un outil briseur de grève. Maintenant, chaque fonctionnaire devra annoncer son intention de faire grève 48 h avant. Et les non grévistes devront faire savoir qu’il ne l’ont pas été 48 h après la journée d’action et non pas huit jours après comme cela nous avait été annoncé dans première une note de service. Mme Chevalot (secrétaire générale) nous a répondu que ces délais leur étaient imposés pour permettre d’indemniser les communes rapidement. Nous avons dénoncé le fait que ce soit les collègues qui devaient faire un grand effort. On nous a assuré que concernant les traitements (les salaires), ce délai serait le même qu’avant ce dispositif.

A l’ordre du jour de ce CTPD, l’accompagnement éducatif a fait aussi l’objet de nombreux commentaires : l’Inspecteur d’Académie a insisté sur le fait qu’il faisait confiance dans les équipes, a rappelé que les enseignants voulant rentrés dans le dispositif devaient être volontaires, que la Nièvre possédaient des richesses culturelles lui permettant de mettre en avant ce volet de l’accompagnement éducatif. Les délégués FSU ont déploré (outre la précipitation de la mise en place) la suppression de décharges de coordinateur de ZEP à un moment où on leur demande plus, les attaques contre les associations d’Education Populaire , acteurs essentiels de ce temps éducatif à qui on enlève les moyens de fonctionner. Pour nous même si le temps après l’cole ne doit pas être négligé par l’Education nationale, il faut, et on en revient toujours là, lui donner les moyens pour l’organiser.
Dans le second degré,
concernant le bilan de l’an dernier en ZEP, l’accompagnement éducatif a
concerné 40% des élèves environ. Pour cette année où cet accompagnement
est généralisé à tous les collèges, outre le recrutement d’assistant
pédagogique a temps partiel, l’administration a attribué 1905 HSE pour
le premier trimestre sur l’ensemble des collèges.

Questions diverses posées par la FSU :

Comment organisez-vous le service des enseignants de CLIS, de RASED, des remplaçants, des maîtres formateurs, des professeurs des écoles stagiaires dans le cadre de la nouvelle organisation de la semaine scolaire dans les écoles ?
La plupart des cas sont dans les textes relatifs à la mise en place de la nouvelle organisation de la semaine. Néanmoins M. l’IA adjoint, M. Gien nuos a précisé que les personnels de RASED avaient un rôle d’aide et de conseil ; que les enseignants de CLIS devaient participer à l’aide personnalisée, même si il n’ignore pas le travail fait en équipe de suivi de scolarité. Les collègues doivent proposer des projet que leur IEN validera (nous contacter pour plus de précisions). Les maîtres formateurs participent à la mesure de leur temps de décharge ; les PE2 n’y participent pas pendant leur stage filé mais l’IA souhaiteraient qu’ils le fassent pendant leur stage en responsabilité. Il demandera l’accord de la directrice de l’antenne IUFM de Nevers.

Quelle réflexion sera menée pour améliorer l’organisation de la semaine scolaire dans les écoles pour la rentrée 2009 ?
Notre nouvel I.A souhaite consulter les différents partenaires pour éventuellement la modifier, mais cela lui paraît plus judicieux de le faire pour la rentrée 2010 que pour la prochaine rentrée : les délais lui semblent trop courts, surtout en ce qui concerne la négociation des circuits de ramassage pour les collectivités territoriales qui fonctionnent en année civile et non en année scolaire.

Quel est l’avenir des RASED et quelle place accorderez-vous à la formation CAPA-SH dans le futur plan de formation ?
L’IA est en attente de plus d’informations.

Pouvez-vous nous garantir que le contenu de la formation donnée aux enseignants qui devront aider les EVS à formuler un projet professionnel leur permettra d’assurer cette mission avec succès ? Quels seront les critères d’évaluation de ce dispositif ?
Aucune réponse précise ne nous a été donnée sur cette question. Nous appelons à ne pas remplacer les agents ANPE dont c’est le métier d’aider à construire un projet professionnel.

Quelle organisation est la mieux adaptée pour l’organisation des heures d’information syndicale dans le premier degré : sur le temps de classe, sur le temps de soutien (60 heures), sur le temps de formation/animation ou de concertation (42 heures), ou/et sur le jour de solidarité ?
Nous avons voulu savoir comment l’I.A comptait permettre aux collègues de participer aux R.I.S. Il nous a été répondu que cela n’était pas possible sur les 24 heures de classe, ni sur les 60 heures, déconseillé sur les heures de conseil d’école et donc possible sur les 42 heures restantes. Cela peut aussi rentrer dans le cadre de la journée de solidarité mais l’I.A souhaite interroger les services du rectorat avant de se prononcer...

Quelle information sera apportée aux collègues et notamment aux
conseillers d’orientation et aux professeurs principaux de 3ème pour
l’aide à l’orientation dans la perspective de la réforme des lycées ?

Sur cette question l’administration, affirme qu’elle renseignera
enseignants de 3ème et conseillers d’orientation dès que la réforme sera
arrêtée.

Dans le cadre de l’assouplissement de la carte scolaire, pouvez-vous
nous donner un bilan des dérogations accordées et le détail des critères
retenus ? Quels outils ont été mis en place pour garantir la mixité
scolaire ?

L’administration rappelle les chiffres des années passées (2006 : 106
demandes de dérogation (64% accordées), 2007 : 130 demandes de dérogation
(93% accordées)) et donne les chiffres de cette année : 157 demandes de
dérogation dont 86,6% accordées. En outre, le problème des dérogations
dans la Nièvre touche essentiellement l’agglomération de Nevers. Les
critères utilisés pour accorder les dérogations (NLDR lorsqu’il faut en
refuser) sont d’abord les critères nationaux puis une série de critères
locaux comme des raisons sociales importantes, changement de domicile,
une scolarité pour suivre une langue particulière, les horaires des
parents, un parent isolé. Concernant la mixité sociale, l’administration
ne possède pas d’outil spécifique, mais affirme y veiller. Elle explique en outre que les critères et le fait
que les demandes de dérogation proviennent de toutes les couches
sociales permettent actuellement ce maintien.

Quelles sont les conditions d’attribution de l’heure de préparation pour
les professeurs de sciences expérimentales en collège ?

Nous avons précisé qu’il y avait des problèmes pour les collègues TZR
nommés sur plusieurs établissements, qui globalement ont droit à cette heure
de préparation, mais qui sur chaque établissement pris isolément n’y ont
pas droit. L’administration a affirmé qu’elle considèrera cette
question, nous en prenons acte.

P.-S.

DECLARATION PREMIER DEGRE INTERSYNDICALE CTPD 17 OCTOBRE 2008

Monsieur l’Inspecteur d’Académie, l’école, le premier degré, va mal, très mal.

Décriée, maltraitée par son propre ministre, l’école ne tiendra plus très longtemps son rôle de ciment social.

Les enseignants n’admettent pas les nouveaux dispositifs mis en place à cette rentrée : dispositif de soutien, accompagnement éducatif dans les ZEP, service minimum d’accueil, tutorat de proximité des Emplois de Vie Scolaire pour ne citer qu’eux ... Aucune des mesures n’est concertée, aucune évaluation des précédents dispositifs n’a été réalisée. Aucune cohérence n’est prévue. Tout se fait dans la précipitation.

Les directeurs d’école sont assommés de circulaires, enquêtes et autres courriers à retourner pour le lendemain. De jeunes collègues sont en souffrance parce qu’insuffisamment préparés à affronter la réalité et la complexité d’une classe. Et ce n’est pas la suppression des IUFM qui va améliorer la formation initiale. Les collègues des Réseaux d’Aide ne savent pas ce qu’ils feront l’année prochaine.

Les personnels ne veulent pas de mesures qui leur sont imposées dans la précipitation, ne veulent plus subir des pressions pour accélérer la mise en place de l’aide directe, pour faire des heures supplémentaires, n’acceptent pas non plus la mise en concurrence des ZEP sur l’accompagnement éducatif, sont excédés par les déclarations de non-grève à retourner dans les 48 heures...

Nous demandons donc que vous teniez compte de l’état d’incompréhension et de grande inquiétude des enseignants des écoles et que vous mettiez en œuvre de véritables concertations sur les différents dispositifs. Pour cela, il est nécessaire que vous preniez le temps de la réflexion pour définir des objectifs clairs.

Nous souhaitons enfin que vous fassiez part au ministère, au delà des désaccords de fond sur ces réformes, du profond mécontentement des maîtres sur les méthodes utilisées pour « réformer l’école ».

Nous terminerons cette déclaration en rappelant que 40 organisations ont signé un appel intitulé L’éducation est notre avenir : il ne doit pas se décider sans nous. Et nous serons très nombreux à Paris dimanche pour exiger du gouvernement une autre orientation pour l’école.

CGT éduc-action FSU SGEN-CFDT UNSA-éducation

Déclaration second degré FSU au CTPD du 17 octobre 2008

Dans le second degré pour la FSU, cette rentrée a été la traduction des suppressions de postes programmées dans le budget 2008. Dans le département, plusieurs remplacements n’ont pas été assurés même s’ils étaient prévisibles plusieurs mois à l’avance, des blocs de moyens provisoires sont restés non pourvus pendant plusieurs semaines, amenant finalement des recrutements en catastrophe de vacataires ou de contractuels via l’ANPE. A ce jour, certains de ces problèmes ne sont pas résolus. De plus dans plusieurs disciplines, les capacités de remplacements seront quasiment nulles cette année. Ce qui laisse augurer de nouvelles difficultés cet hiver.

Concernant nos collègues TZR, les affectations sur plusieurs établissements restent trop nombreuses, et conduisent à des situations intolérables : déplacement sur trois établissements dans la même journée, affectations sur des établissements très éloignés (distance parfois supérieure à 60km). Ces conditions de travail outre la pénibilité qu’elles entrainent, et les risques qu’elles engendrent par les trajets qu’elles imposent, ne permettent pas aux enseignants de s’investir pleinement dans leurs établissements.

Dans les collèges du département, les classes sont en moyenne plus chargées que l’an dernier et les effectifs de certaines d’entre elles peuvent atteindre 30 ou 31 élèves. Pour la FSU, de tels effectifs ne sont pas de nature à permettre la réussite de tous les élèves, et n’offrent pas aux enseignants des conditions de travail correctes. En outre, nous déplorons que dans 10 établissements du département dont certains relèvent de l’éducation prioritaire, la barre des 24 élèves par classe en moyenne soit dépassée.
Concernant l’évolution du nombre de postes d’enseignants, le retrait de 15,5 Equivalents Temps Plein semble démesuré au regard de la perte de 111 élèves constatée.

Avec la généralisation de l’accompagnement éducatif et le recrutement d’assistants pédagogiques, la FSU regrette le choix de l’Education Nationale de recourir encore une fois à des personnels précaires, sous-payés et non formés pour des missions qui sont pourtant annoncées comme pérennes.

Les premières annonces concernant la rentrée 2009 indiquent que le gouvernement s’enferre dans une logique de suppressions de postes dans le second degré, qui le pousse à conduire, sans réelle négociation avec les personnels et sans prendre le temps de la réflexion, des réformes qui en l’état ne feront qu’aggraver la situation : réforme des lycées, réforme du recrutement, et réforme du système de mutation des enseignants.
C’est pourquoi, après les premières mobilisations du 11 septembre et du 7 octobre, l’ensemble de la communauté éducative exprimera de nouveau son refus d’une telle politique lors de la manifestation nationale du 19 octobre qui promet d’être massive.

FSU second degré : SNEP, SNES, SNUEP