Accueil > Instances de concertation > CTSD > Des modes de calculs qui ne sont pas rendus publics !

La DASEN se satisfait d’une baisse légère du H/E de 0,03 en banalisant la baisse de la dotation, pour moins 38 élèves en 2020 La FSU a précisé que sur notre département, cela représente l’équivalent de la suppression d’un collège moyen de la Nièvre : 221 heures.

La FSU a soulevé l’incohérence entre les prévisions d’effectifs et les dotations avec des exemples :
- des établissements qui perdent deux divisions au motif qu’ils ont 4 élèves de moins
- des établissements qui ont des élèves de plus mais qui voient leur DHG baisser

La FSU dénonce à la fois le mode de calcul et l’opacité dans l’attribution des moyens : la DASEN et la Secrétaire Générale ont justifié dans le détail le mode de calcul qui se complexifie au fur et à mesure des explications dont les justifications - en mode « usine à gaz » - ne sauraient satisfaire la FSU. Vos représentant.es ont réaffirmé la nécessité de ne pas faire d’économies quand des choix différents maintiendraient la qualité des services publics sur l’ensemble du territoire.

Le tableau comportant le détail des dotations établissement par établissement nous a été refusé au prétexte que cela pourrait susciter de la concurrence entre collèges ce que nous considérons comme un argument fallacieux.

Le nombre de postes partagés sur trois établissements risque, de fait, d’évoluer à la hausse ce qui constitue un recul par rapport à l’existant.

La question des Ulis a révélé que les heures incluses dans les DHG cachaient des disparités fort contestables car elles sont corrélées aux Obligations Réglementaires de Service des enseignant.es. La dotation est censée être de 21 heures mais nous avons observé selon que le poste est occupé par un.e agrégé.e, un.e capsien.ne ou un professeur.e des écoles, l’économie peut être réalisée sur le dos des élèves.

La FSU a déploré la baisse du nombre de places et la baisse des dotations corrélées.

La question des AESH a été soulevée par la FSU comme droit de suite. La Secrétaire Générale s’est engagée à recevoir les demandes des AESH dont les contrats ne sont toujours pas en conformité avec la réglementation.

La FSU a toujours été opposée aux postes à profil et la « nouveauté » qui consiste à recruter des directrices selon une liste pré-établie bat en brèche les affectations équitables par barème. La mise en oeuvre favorise la servitude volontaire des personnes recrutées.

En conclusion, on nous demande clairement de faire avec moins.

« Je fais avec le budget qu’on me donne ! »

Préparation de la rentrée 2020 dans les collèges de la Nièvre.

Le CTSD sur les DHG 2020 s’est réuni le 14 février 2020

Unsa : 5
CFDT : 0
FSU : 6