Accueil > FSU 58 > Actions > Communiqués > Elections à l’Université de Bourgogne

Elections à l’Université de Bourgogne

paru le mercredi 13 février 2008 , par Jimmy Derouault

Vous trouverez sur le site de l’Université de Bourgogne tous les résultats aux élections des Conseils de l’Université (CA - CS - CEVU) du 7 février dernier.

P.-S.

Chez les personnels administratifs, techniques et de bibliothèque, confiance renouvelée au SNASUB FSU

Les collègues ont montré par leur vote qu’ils font largement confiance au SNASUB, avec 51, 62 % des voix exprimées.

Il est à noter que la loi LRU traite de manière inégale les personnels enseignants et BIATOS. Ainsi, la liste arrivée en tête chez les enseignants se voit d’emblée attribuer la moitié des sièges, ce qui n’est pas le cas pour les BIATOS et les étudiants, pour lesquels il y a une stricte application du plus fort reste.

De plus, les personnels contractuels sont électeurs à condition notamment d’être en fonctions pour une durée minimum de 10 mois. La politique consistant à faire des contrats de plus en plus courts, entrecoupés de périodes de chômage, des collègues ayant plusieurs années d’ancienneté n’ont pu voter faute d’avoir un CDD de 10 mois.

Le résultat est le suivant

SNASUB FSU : 334 voix - 51,62 %

UNSA Education (AI et SNPTES) : 174 voix - 26,89 %

Liste non syndicale : 139 voix - 21,48%

Chaque liste a obtenu 1 siège.

Le SNASUB a clairement annoncé son indépendance vis-à-vis de la direction de l’université pour défendre collectivement et individuellement les collègues. Il a rappelé son opposition à la loi LRU (Libertés, responsabilités des universités) et aux attaques contre les personnels et le service public.

Il a également souligné les conditions dans lesquelles se sont déroulées ces élections : 3 jours de campagne, avec le dépôt des listes et professions de foi le vendredi et le vote le jeudi suivant. Cette précipitation décidée par la direction de l’université n’a pas contribué à une grande démocratie. Lorsque nous avons souligné en Conseil d’administration que l’ensemble du personnel ne serait pas correctement informé, il nous a été répondu que l’information serait transmise sur les adresses messagerie. Or une partie des personnels (de service notamment) n’a pas d’ordinateur, ce que la direction semblait ignorer. La direction a lancé ces élections sans même savoir si certaines catégories de personnel de l’IUFM étaient électeurs.

Le SNASUB continuera à défendre les droits des personnels, l’accès à l’université pour toutes et tous, la recherche et les formations publiques indépendante des pressions politiques et économiques.