Accueil > FSU 58 > Actions > Communiqués > Élève Chatel : 0/20

Élève Chatel : 0/20

paru le jeudi 15 décembre 2011 , par Webmestre FSU58

Aujourd’hui une centaine de personnes ont manifesté devant l’Inspection Académique de la Nièvre.
Des questions ont été posées au ministre (cf. ci-dessous) auxquelles il a répondu (fictivement) et pour lesquelles il a reçu la note de zéro.
La question de l’évaluation des enseignants a été le déclencheur de la mobilisation. Le projet du ministre de vouloir faire évaluer les enseignants uniquement par le chef d’établissement est inadmissible du point de vue des personnels. Il revient à conditionner les promotions de carrière et donc les augmentations de salaire au travail administratif et non plus au travail dans la classe fait avec les élèves. La FSU dénonce aussi qu’à travers ce projet, le ministère cherche à faire des économies en dégradant le dispositif d’avancement de carrière des enseignants au détriment de leur pouvoir d’achat.

La FSU 58 exige le retrait du projet sur l’évaluation des personnels. D’ores et déjà elle prévoit de mobiliser dès janvier les personnels sur cette question et sur celle des suppressions de postes dont on va apprendre la répartition académique demain vendredi 16 décembre.

P.-S.

QUESTIONS à LUC CHATEL

1. Formation
- Vous, ministre de la République, avez outrepassé la loi en détruisant la formation des enseignants et vous avez été puni par le Conseil d’Etat. Allez-vous revoir votre copie et remettre à plat l’ensemble de la formation comme le préconise un récent rapport que vous avez vous même commandé ?
- Je n’en ai que faire de l’avis du conseil d’Etat comme je n’en ai que faire des avis des enseignants, des chercheurs, des formateurs IUFM pour construire ma réforme.

2. Rythmes
- Vous avez mené un soi-disant grand débat sur les rythmes scolaires ; quelles mesures avez-vous prises ;
- Aucune ! La montagne n’accouche même pas d’une souris. J’ai décidé que le plus urgent était d’attendre et de ne rien faire.

3. Décrocheur
- On constate une augmentation de la proportion d’élèves sortant du système éducatif sans diplôme, ni qualification. Êtes-vous fier de votre politique ?
- Chacun doit faire selon ses talents. Ce n’est pas de ma faute si les petits français ont moins de talents qu’avant.

4. Carte scolaire
- Vous avez supprimé des milliers de postes alors que le nombre d’élèves a augmenté dans le même temps. Pensez-vous continuer ?
- Oui. « Je pense que si l’on fait des réformes d’organisation et de structures du système éducatif, oui, il sera possible de réduire encore le nombre de postes en ne remplaçant pas un certain nombre de départs en retraite ».

5. Direction
- Vous rêvez d’un directeur d’école qui soit un coach et un manager-évaluateur. Nous voulons un directeur qui soit un pédagogue et un animateur, à qui on donne du temps pour exercer toutes ces missions et avec une aide pour le secrétariat. Comment concilier ces deux conceptions ?
- Je préfère un subordonné taillable et corvéable à merci, qui serait en plus le maillon me permettant d’évaluer les mérites des personnels qui doivent, je le pense fortement, obéissance à leur ministre.

6. Maternelle
- Pourquoi scolarise-t-on de moins en moins les toutes petites sections ?
- ça permet des économies

7. Assoc
- Que dites-vous des associations d’éducation populaire ou complémentaires de l’enseignement public qui voient leurs subventions fondre ?
- qu’elles souffrent en silence !

8. Ash
- L’intégration des enfants en situation de handicap se fait toujours avec des personnes sous-payées et en contrat précaire. Quand allez vous adopter un dispositif global et pérenne pour l’accompagnement des élèves handicapés au sein de l’Education Nationale ?
- Nous y pensons depuis longtemps. D’ailleurs j’avais commandé un rapport il y a deux ans. Ce rapport ne m’a pas plu alors je ne l’ai pas publié. Je vais en recommander un autre.

9. Aide perso
- Ne trouvez-vous pas bizarre que votre ministère n’évalue pas l’efficacité de l’aide personnalisée ou de l’accompagnement éducatif ?
- étouffons l’affaire !

10. Salaires
- La valorisation du travail des personnels enseignants commencerait par une augmentation de leurs salaires gelés depuis deux ans. Est-ce prévu ?
- Non, elle nuirait au triple A !

11. Dédoublements
- Avec la réforme des lycées, les derniers dédoublements, même en travaux pratiques et en langue, sont en train de disparaître. Pourquoi ne faites-vous rien pour maintenir ces dispositifs pédagogiques plébiscités par tous ?
- Il n’y a pas de lien entre la réussite des élèves et l’effectif des classes. On peut donc faire des économies en supprimant ce dispositif.

12. Évaluation des enseignants
- Pourquoi confiez au chef d’établissement la totalité de l’évaluation des professeurs de collège et lycées alors qu’il n’a aucune compétence pour juger le travail dans la classe et la maîtrise des compétences disciplinaires ?
- Parce que nous voulons en faire les rouages d’un système qui imposent sur le terrain nos réformes et nos injonctions.

13. Accompagnement personnalisé
- En l’absence de cadrage national, l’Accompagnement Personnalisé en seconde s’est mis en place de manières très diverses dans les établissements. Alors que les horaires disciplinaires ont été largement amputés par la réforme, ce dispositif fourre‐tout suscite souvent les plus vifs mécontentements. Quand allez-vous revenir sur ce dispositif et redonner aux élèves les heures d’enseignement auxquelles ils ont droit ?
- Je ne m’occupe plus de cela. Cela relève de l’autonomie des établissements. Ils n’ont qu’à se débrouiller.

14. Itinéraire de découverte
- De plus en plus de collèges font disparaître les itinéraire de découverte afin de réutiliser ces heures. Ainsi les IDD servent de variable d’ajustement des services et d’optimisation des moyens. Vous êtes vous assuré que les 2 heures normalement dévolues aux IDD bénéficient bien aux élèves de la classe concernée ?
- Je n’ai pas que cela à faire.

15. Heures supplémentaires
- de plus en plus d’heures supplémentaires dans les établissements, 10 % des temps d’enseignement dans le second degré ! Ne trouvez-vous pas qu’il y a une limite ?
- Je suis heureux que vous me posiez cette question. Oui, il y a bien une limite : 39 heures !

16. Les Contrôles en cours de formation
- Pourquoi avez-vous généralisé les contrôles en cours de formation ( CCF) partout dans l’enseignement professionnel ?
- Pour afficher un taux de réussite record pour les bacs-PRO et supprimer des postes administratifs dans les Inspections d’Académies.l

Répondre à cet article