Accueil > FSU 58 > Actions > Communiqués > La question des retraites est-elle réglée ?

Mais que se passe-t-il ?

La question des retraites est-elle réglée ?

Discours de l a FSU 58 le 17 juin devant la préfecture de Nevers

paru le mercredi 18 juin 2008 , par Webmestre FSU58

Avons-nous reçu les réponses aux questions que nous posions tous ensemble le 22 mai ?
Et alors quel sera le montant du minimum de pension ?
Qu’en sera-t-il de la question de la retraite des femmes ?
Quels autres modes de financement sont décidés ?
Quels seront les mesures prises pour les fins de carrière, pour les travaux pénibles ?
Comment répondre aux problèmes des parcours professionnels de plus en plus chaotiques ?

Non, rien ! Le gouvernement ne parle que d’allongement de cotisation et renvoie à plus tard les autres décisions.
Sur un dossier comme celui des retraites, dans la période actuelle de casse sans précédents de tous les acquis sociaux, de bouleversement complet de notre mode de vie et de notre société, plus que jamais nous avons besoin d’Unité.

Unité pour contrer le discours catastrophiste du gouvernement, du MEDEF, de l’ODCE, du FMI. Discours qui vise à faire se résigner les salariés, nous, qui vise à dévaloriser le système par répartition, qui vise à promouvoir les fonds de pensions, les compléments de retraite , qui ne vise donc qu’à engraisser la bourse, l’industrie financière.
La FSU ne nie pourtant pas les mutations de notre système. Il est vrai qu’une minorité de salariés seulement pourra compter sur une carrière complète. Il est vrai que les jeunes entrent plus tard dans la vie active, il est indéniable et les statistiques le prouve que les fins de carrière dans le secteur privé sont de plus en plus difficiles. Seuls 40% des salariés du privé ont un emploi stable jusqu’à 59 ans.
Et on imagine mal qu’on puisse améliorer le taux d’emploi avant 60 ans avec les incitations et sanctions financières que le gouvernement privilégie.
Nous en revenons alors à la politique contre le chômage. Est-ce en relevant la durée légale du travail ? Est-ce en favorisant les heures supplémentaires que l’on créera des emplois ? Sans rien faire contre les restructurations et les délocalisations ?
Nous sommes en réalité face à un choix politique : doit-on privilégier la solidarité entre les générations ou laisser l’indivualisme triompher ?
Les propositions du dernier Conseil d’Orientation des Retraites vont dans la première direction : par exemple il propose d’améliorer la prise en compte des temps partiels en faisant cotiser à taux plein les employeurs lorsque le temps partiel est subi, il propose aussi d’améliorer la prise en compte des périodes de chômage, du RMI ...Mais ce ne sont que des propositions...
Et dans la Fonction Publique, les menacent qui pèsent sur certains dispositifs comme les reversions, la limite d’age pour les catégories actives, les surpensions dans certains territoires, la réforme de l’IRCANTEC nous font déjà prévoir que la bataille pour les retraites va être longue, multiple et difficile.
Nous avons donc besoin de tous pour mener la bataille des retraites. La FSU et l’ensemble de ses syndicats y sont engagés et le resteront. Et si nous gagnons, c’est sur les autres dossiers du moment : précarité, pouvoir d’achat, services publics que nous pourrons également gagner !