Accueil > Les députés nivernais ne doivent pas voter une telle régression (...)

C’est le prolongement et l’aggravation des réformes précédentes.
Les nivernais ne les ont pas élus pour cela !

MANIFESTONS à 10h30 le 15 octobre 2013
à Nevers, à Cosne, à Decize, à Clamecy

Le gouvernement persiste dans sa volonté d’allonger une nouvelle fois la durée de cotisations pour avoir accès à la retraite (43 ans pour les salariés nés à partir de 1973) et de fait, recule l’âge de départ. Il diminue les pensions.

Les députés nivernais ne doivent pas voter une telle régression sociale.
C’est le prolongement et l’aggravation des réformes précédentes.
Les nivernais ne les ont pas élus pour cela !

C’est inacceptable !

Ce projet est injuste pour nous parce qu’il tourne le dos au progrès social. Faisons entendre aux parlementaires nivernais, qui manifestaient à nos côtés en 2010, nos exigences de justice
sociale, de vivre d’un travail, de son travail, nos exigences d’un juste partage des richesses. Ce qui était injuste et inefficace en 2010, l’est toujours en 2013 !

La copie du gouvernement répond aux injonctions du patronat, de la finance et de l’Union Européenne. C’est encore les politiques d’austérité imposées aux peuples au nom des doctrines de profit (des actionnaires en particulier). Réduire la rémunération du travail pour
satisfaire les exigences du patronat et les dépenses publiques pour être dans les clous vis à vis de la banque centrale européenne provoque souffrances et mal vie.

Une autre réforme des retraites est possible. Elle est même nécessaire. Le financement des retraites nécessite des alternatives qui existent par l’apport de ressources nouvelles. Garantir les retraites par répartition passe par l’augmentation des salaires et la création d’emplois. La « pause et la modération » salariale affaiblissent toute la protection sociale ! Il est urgent d’améliorer l’ensemble des salaires, du privé comme du public. La
démographie et l’espérance de vie ne sont pas des boulets. Aujourd’hui c’est le chômage – devenu structurel - qui plombe tout. Sans le chômage et la fraude fiscale, il n’y aurait pas de déficit.
Garantir les retraites par répartition passe par l’amélioration des salaires et les créations d’emplois.
La retraite à 60 ans, les départs anticipés pour travaux pénibles dès 55 ans, c’est possible !

Rendez-vous à 10h30 :
* Bourse du travail à Nevers
* à Decize
* à Clamecy
* à Cosne