Accueil > FSU 58 > Actions > Communiqués > Nos retraites sont à nous, le gouvernement ne doit pas y toucher.

C’est le sens qu’ont voulu donner les 2800 participants à la manifestation de Nevers de ce 27 mai.
Le temps était maussade comme la réforme du gouvernement mais

Venu de toute la Nièvre, de tous les secteurs professionnels, de tous les ages, ils ont ainsi démontré que les projets du gouvernement dont on connait désormais les grandes lignes ne sont pas en adéquation avec leurs attentes.
Le temps était maussade comme la réforme du gouvernement mais ils ont ainsi démontré que la résignation, la désillusion, le fatalisme n’était pas dans le camp des organisations syndicales qui ont participé à ce défilé.
Un tiers de manifestants en plus par rapport au 23 mars 2003, l’objectif des organisations syndicales est atteint et laisse augurer une mobilisation au mois de juin en hausse.
Le gouvernement impose un calendrier lâche. Nous répondrons présents malgré tout et ce jusqu’en septembre -au moment du passage au parlement - s’il le faut.

P.-S.

Discours intersyndical du 27 mai 2010.

Alors qu’il faudrait investir pour une relance économique pour satisfaire les besoins sociaux, partout en Europe ce sont les travailleurs qui subissent de plein fouet le chômage , la précarité et la baisse du pouvoir d’ achat.

En France , des centaines de Milliards ont été débloqués et les banques redistribuent à nouveaux des bonus à leurs traders tandis que les actionnaires continuent de toucher leurs dividendes !!! Pourtant le Président Sarkorky avait juré que « le capitalisme sauvage , c’était fini !!! »

L’argent de nos impôts ne doit pas servir à renflouer les banques !!!

Satisfaire les marchés et limiter les déficits publics aura pour effet direct de supprimer des emplois et asphyxier davantage les collectivités locales.
Partout en Europe au nom du combat contre les déficits publics, les gouvernements exigent de nouveaux sacrifices. En France Fillon annonce un gel des dépenses publics pour 3 ans voire même un blocage des salaires pour les fonctionnaires.

Ainsi après la Grèce , le Portugal et l’ Espagne, l’Italie, ce serait maintenant la France qui serait au bord de la banqueroute ??!! parole de Lagarde.

En France ce plan d’austérité va augmenter les inégalités et tuer dans l’œuf la reprise. La crise a bon dos pour faire payer aux citoyens les frais d’ un système capitaliste sauvage que nous subissons tous les jours
Ce sera pour certains :
chômage et précarité !
pouvoir d’achat en berne !

Alors que pour d’ autres :
bouclier fiscal !
parachute doré !
rémunérations immorales !

Les répercussions du chômage sont énormes sur les différents régimes de solidarités et sociaux ainsi le Conseil d’ Orientation des Retraites indique en Avril 2010 que la dégradation très rapide des comptes en 2009 s’explique principalement par la crise économique qui réduit fortement les revenus d’activités et par conséquence les cotisations qui vont avec.
8000 chômeurs dans la Nièvre c’est trop.
2000 chômeurs en fin de droits c’est dramatique.

Tous ensemble nous devons combattre la crise et ses conséquences douloureuses.
Aussi nous rappelons :
qu’il est urgent que l’emploi « en quantité , en qualité et qualifié, reconnu et revalorisé doit être une priorité
qu’il faut maintenant investir massivement dans une politique industrielle prenant en compte les impératifs écologiques.
qu’il faut arrêter le démantèlement des services publics et résorber la précarité dans les fonctions publiques.
Le gouvernement et le patronat veulent passer en force et préparer l’ opinion public à un « travailler plus pour gagner moins !! »
Nous disons non à cette régression sociale !!

Nous réaffirmons que d’ autres choix sont possibles pour garder notre système par répartition..
L’intersyndicale refuse l’ allongement de la durée de cotisation, le report de l’âge légal de départ au-delà de 60 ans.
Car si l’on vit plus longtemps, c’est tant mieux
Depuis plusieurs décennies les progrès techniques ont permis de travailler moins longtemps cela est toujours vrai aujourd’hui.

Chaque jour, 6000 milliards de dollars s’échangent sur les marchés financiers : même à un faible taux, la taxation de ces transactions dégagerait chaque années des centaines de milliards de revenus à redistribuer.
revoir les exonérations de cotisation sociale accordées aux entreprises qui ne créent pas d’emploi et n’améliorent pas les salaires, ce sont près de près de 32 Mds par an qui ne sont reversées qu’en partie seulement aux organismes.
Concernant les retraites actuelles une revalorisation est indispensable pour ne pas rester avec un minimum « contributif » de 590 € et 64 % des femmes partant à la retraite avec moins de 700 € par mois ! .

La reconnaissance de la pénibilité au travail doit permettre d’être compensée par un abaissement de l’âge de départ. Ces départs permettraient aussi de créer des emplois en particulier pour les jeunes.
Vous l’ avez compris , les solutions existent , nous voulons, discuter d’emploi, de salaire, de politique économique, de ressources nouvelles et des conditions pour pérenniser le système de retraite par répartition. Rien n’est insurmontable.

Il faut que la lutte s’ amplifie pour contraindre le gouvernement et le patronat à discuter d’une autre réforme
On ne décide pas de l’avenir de millions de personnes pour quatre ou cinq décennies en quelques semaines.

Nous voulons une réforme :
qui permet une réduction des inégalités pour une plus juste répartition des richesses.
qui permet de maintenir l’âge légal à 60 ans
qui est assise sur une politique ambitieuse de l’emploi

Cette réforme nous devons la défendre et la gagner par un durcissement et une amplification du mouvement social , c’est aujourd’hui que tout se joue :

Revendiquons ensemble :
La priorité à de nouveaux financements par la taxation significative des hauts revenus et du capital,
La priorité à l’emploi durable
La priorité à l’amélioration des conditions de travail
La priorité pour une réforme des retraites plus juste

Nous ne devons pas laisser passer une réforme des retraites où l’on travaillera plus longtemps pour gagner encore moins !!!

Si le gouvernement persiste sur ses choix , demain il faudra être encore plus nombreux.
Soyons convaincus qu’ensemble la mobilisation d’aujourd’hui et celles de demain nous permettrons d’aboutir sur nos revendications.

Camarades restons mobilisés.

Répondre à cet article