Accueil > FSU 58 > Actions > Visite présidentielle : exprimons notre opposition à sa politique (...)

Nicolas SARKOZY viendra t-il dans la Nièvre le mardi 7 juin ? C’est ce qu’annonce la presse régionale.
Visiblement il est déjà engagé dans sa campagne électorale pour les présidentielles.
Une large majorité de nivernaises et nivernais, rejettent sa politique dont ils sont les victimes.

Les organisations syndicales nivernaises CGT, CFDT, FO, FSU et UNSA appellent les salariés du privé et du public, les retraités, les jeunes, les privés d’emploi, les victimes de sa politique à manifester le mardi 7 juin
à 11 H 30 avec rassemblement devant la mairie de Cosne.

Les choix de Sarkozy frappent durement les nivernaises et nivernais du monde du travail :

- Revaloriser le travail : une promesse non tenue !
Sa politique se traduit par un taux de chômage le plus fort de Bourgogne, notamment pour les plus de 50 ans, une hausse de la précarité, une aggravation considérable des conditions de travail.

- Que devient l’affichage d’une politique industrielle ? Les grands groupes ont fermé de nombreuses entreprises dans le département, licenciant des milliers de salariés. Le gouvernement ne s’y est pas opposé. Les filières industrielles du département - automobiles, bois, énergie - ne sont pas valorisées ....

- « Je serai le Président du pouvoir d’achat » avec la formule « travailler plus pour gagner plus ». La réalité c’est la progression de la pauvreté et des bas salaires dans le département. La défiscalisation des heures supplémentaires pousse à l’allongement des durées de travail, à la fin des 35 h. Les exonérations de cotisations sociales patronales tirent les salaires vers le bas, avec le refus d’un coup de pouce au SMIC et le blocage des salaires des fonctionnaires.

- Il affirmait « vouloir moraliser le capitalisme » or c’est une diminution de l’Impôt Solidarité sur la Fortune pour les plus riches qui ne comble pas la suppression du bouclier fiscal pour les plus riches qui sera certes supprimé mais avec une diminution de l’Impôt Solidarité sur la Fortune. Les fonds publics accordés aux banques, avec la crise, ont permis de renflouer les profits des plus grosses entreprises.

- Il voulait une « Europe protection » Aujourd’hui il est l’initiateur du « pacte pour l’euro plus » qui contraindra les états à faire subir aux peuples les conséquences des réductions des dépenses et emplois publics. C’est déjà au nom de la réduction de la dette publique qu’ils organisent, qu’a été adoptée l’injuste réforme des retraites et qu’est examiné le financement de la perte d’autonomie.

- « Il faut mettre plus de concurrence pour baisser les prix ». Or cela se concrétise par la privatisation de tous les services publics et une explosion des prix du gaz, de l’électricité, des transports ... Ceux des biens de consommations courants, de l’alimentation, des loyers... eux aussi ne cessent d’augmenter.

- « Il faut réformer l’appareil d’état pour le rapprocher des citoyens et diminuer la dette publique ». Concrètement les fermetures d’écoles, de bureaux de poste, de gare, de tribunaux, de services des impôts, de services de chirurgie, de maternité ... accentuent la désertification du département et l’inégalité d’accès aux droits élémentaires pour les citoyens.
La réforme territoriale assèche les finances des collectivités, tout en augmentant la fiscalité des ménages. C’est l’action publique dans nos territoires qui est menacée.


Une majorité d’entre vous est révoltée, en colère, exaspérée par tant d’injustices. Alors ce 7 juin, nous ne serons pas dupes de la démagogie de N. Sarkozy.

Exigeons :

- Une véritable politique économique et industrielle créatrice d’emplois stables, s’appuyant sur une formation initiale et professionnelle publique qualifiante ;
- Le développement des services publics au service de l’ensemble des citoyens avec les embauches sous statut ;
- La retraite à 60 ans et à taux plein pour tous ;
- L’augmentation générale des salaires et des pensions dans le privé et le public, l’égalité femmes - hommes, la revalorisation du SMIC et des minimas sociaux ;
- Une véritable revalorisation du travail ;
- Un réel dialogue social ...

Rassemblement mardi 7 juin 11 H 30
devant la mairie de Cosne

Répondre à cet article