SNES académique de Dijon

  


 

  

Articles les plus récents

Accueil > Instances de concertation > CDEN > Un CDEN publicitaire pour la réforme des collèges

Un CDEN publicitaire pour la réforme des collèges

paru le mardi 6 octobre 2015, par Pascale Bertin


« Une très belle réforme ! » foi du Directeur Académique

Après notre déclaration (voir pièce jointe) le Dasen est revenu sur plusieurs points :

¤ Concernant la réforme, il se félicite de son caractère « global et pédagogique », ce qui nous inquiète justement. Dans la Nièvre, le travail « d’accompagnement » a été commencé depuis juillet pour les personnels de direction, puis le 14 septembre, et continuera le 9 octobre. Quant à la formation des enseignants, elle se fera bien en deux temps.

La FSU a posé la question pour savoir comment se passerait la désignation des formateurs si aucun volontaire ne se désignait en conseil pédagogique. Nous avons cru comprendre que des enseignants seraient contraints de se former sur deux jours après les vacances d’automne. Le Dasen rejette toute idée d’improvisation de la réforme puisqu’elle prendra effet à la rentrée 2016. Des dispositifs sont en expérimentation (EIST à Pouilly sur Loire, EPI à la Charité, AP à Cosne Cassin...) mais ils sont hors sol, c’est à dire pas dans les conditions de la réforme. Nous rappelons que dans la réforme du collège, l’AP et les EPI ne sont pas des suppléments horaires en plus des matières, mais qu’ils fonctionneront en grignotant sur les horaires disciplinaires à débattre en conseil pédagogique. ce que nous avons dénoncé depuis la parution du projet.

A ce sujet, l’UNSA, qui soutient cette réforme depuis le début et qui l’a encore rappelé dans sa déclaration, semble de plus en plus sceptique au niveau local, et le montre en posant beaucoup de questions au DASEN pour se rassurer et savoir si la réforme n’entraînerait pas une baisse des DHG à la rentrée 2016 ... le Dasen n’a bien sûr pas répondu directement. Pour lui, tout est question de « déploiement des moyens », que cette réforme n’est pas encore bien comprise, et il a finalement botté en touche en disant que la réponse serait donnée vendredi en formation des chefs d’établissement.

¤ Nous avons rappelé que les remplacements dans le second degré posaient déjà problème du fait du tarissement du vivier de TZR. Au 1er septembre, 18 postes (technologie, lettres classiques surtout...) n’étaient effectivement pas pourvus, contre 3 un mois plus tard. C’est dire combien la situation est tendue. Mais la DSDEN ne fait aucun commentaire sur le recrutement de personnel précaire sans formation.

Dans le second degré, nous avons pointé l’écart de prévision dans les effectifs par rapport à la réalité (+ 63 élèves). Or ces effectifs stagnent, comparés à l’année dernière ; pourtant le nombre moyen d’heures d’enseignements par élève diminue car l’ensemble de la DHG nivernaise est amputée de 227 heures  ! Le Dasen indique comme d’habitude que ce taux reste largement au-dessus des moyennes. Le SNES-FSU considère que le taux de cette année devrait au moins rester le même pour garantir une bonne répartition sur le territoire rural nivernais. Nous avons également fait remarquer que le collège Adam Billaut classé REP n’était pas bien doté par rapport à sa taille, et nous nous demandons si l’éducation prioritaire ne semble être qu’un affichage... terme qui ne plaît pas du tout !

¤ Pour les SEGPA, le champ de découverte professionnel va désormais être élargi, pour ne plus se limiter au local.
¤ Pour les nouveaux programmes de maternelle parus à la rentrée, l’inspectrice assurera / assumera l’accompagnement des personnels enseignants.

BILAN PREMIER DEGRE

Le DASEN, c’est son job, loue le taux d’encadrement magnifique de 6.08 enseignants pour 100 élèves avec un nombre d’élèves par classe de 21.31 ; la démographie scolaire dans le premier degré continue de baisser avec 15916 élèves constatés (pour.16367 attendus) pour 16524 attendus en 2014 et 16047 constatés) ; nous pensons que c’est la moindre des choses qu’il soit tenu un peu tenu compte de la ruralité de notre département qui comprend 211 écoles, dorénavant.

Nous demandons aussi un travail par rapport à la répartition des élèves à Nevers pour éviter les situations chaotiques de l’an passé et n’ avons pas entamé la joie du Directeur Académique " dans l’évocation des visites d’école de rentrée à Lucie Aubrac et Lund où il a vu des élèves heureux et des enseignants sereins " ... mais pas toutes les salles !!!

La FSU est intervenue pour reconnaître l’effort fait dans deux écoles où des "rustines" ont été posées pour compenser des effectifs de 32 (Lurcy) ou 29 (Tronsanges) avec la création de deux 1/2 postes à la rentrée pour appuyer. Nous sommes conscients de la prise en compte de ces situations mais continuons de penser que la suppression n’était pas adéquate.

Le SNUipp-FSU se délecte de l’enthousiasme quant au dispositif "Plus de Maîtres Que de Classes, organisation que le DASEN veut présenter au Recteur prochainement. Eh, oui ! C’est un peu la marque de fabrique du SNU

PERFORMANCE SCOLAIRE ET ORIENTATION

La Nièvre se porte bien au regard des résultats académiques et nationaux mais le DASEN veut une progression vers la voie générale et technologique ; quant aux résultats au bac pro, l’analyse faite est que trop d’élèves choisissent cette orientation ; dans le même temps, il déplore que 10% des élèves se réorientent à l’issue de la seconde.

DIAPORAMA

Sur les actions mises en place dans le cadre du Comité d’ Éducation à la Santé et à la Citoyenneté où sont déclinées les priorités académiques et donc départementales avec en bouquet final (si j’ose dire) une action "Jardins en herbe" ; certains d’entre nous pensent à la pédagogie Freinet, au concours des écoles fleuries et aux actions de rencontres coopératives de l’ODCE ayant le jardinage pour thème.

Voir réponses aux questions diverses : [http://sd58.fsu.fr/Beaucoup-d-interrogations-avec-des.html]
Eric Vannier et Pascale Bertin

titre documents joints

© FSU Nièvre 2013 (Mentions légales )